Retour au Blog

La pollution d'Internet

réduire sa e-pollution

Toi aussi, tu trouves que le titre de cet article fait un peu scénario catastrophe ? Je suis d’accord, mais je n’ai rien trouvé de mieux pour illustrer l’article qui va suivre. Tu l’auras donc compris, on va parler de l’impact d’internet sur notre environnement. Car si on pense souvent qu’utiliser internet n’a pas beaucoup d’incidences sur le monde qui nous entoure, on a tous tort. J’en ai appris des vertes et des pas mûres en me documentant pour t’écrire ce billet, alors accroche toi à ton siège, on va démystifier la pollution d’internet pour comprendre comment on va (ou pas) pouvoir sauver la planète.



Internet : le gourmand des énergies fossiles et du nucléaire



Parlons peu mais parlons bien, tu te doutes qu’utiliser internet revient à utiliser une certaine quantité d'électricité. Si on essayait de quantifier l’énergie demandée par internet, on pourrait dire, par exemple, que faire une recherche sur notre ami Google revient à laisser allumer une ampoule de 12W pendant plus de 2 heures… Sachant qu’il y a environ 2.4 millions de recherches sur Google dans le monde en 1 minute, je te laisse deviner l’impact catastrophique que cela peut avoir sur notre chère planète.


Pourquoi, me demanderas-tu ? Parce que tout le petit monde d’internet, à savoir YouTube, Facebook, Netflix (oui, grâce à moi tu vas désormais culpabiliser à mort en regardant tes séries) s’alimente grâce à des “data center” à savoir des gros serveurs très gourmands en énergie. En France, on utilise majoritairement l’énergie nucléaire pour les faire tourner, pas exactement une énergie très propre donc. Cependant, c’est aux États-Unis que sont concentrés la majorité des “data center”, et certains d’entre eux sont alimentés (roulement de tambour) par des centrales à charbon ! Oui oui, tu as bien lu, du charbon, aka une des plus grosses sources de pollution de la planète, le grand fautif de notre ère, celui qui nous fait, entre autres, courir droit vers la catastrophe écologique.



Quid des énergies renouvelables ?



Heureusement, il y a des solutions. Certains géants de l’industrie s’en rendent compte, comme Google et Apple. Ces derniers se lancent dans des expérimentations, en tentant d’alimenter leurs datas center avec des énergies renouvelables, comme par exemple de l’hydraulique ou du solaire. Début prometteur, mais insuffisant pour remplacer le fossile et le nucléaire, qui nécessitent des installations moins coûteuses… D’aucuns pensent que nous courrons vers une troisième révolution industrielle. J’ai envie de dire que, vu la situation écologique catastrophique, il est grand temps !



5 solutions pour réduire ta e-pollution



Tu vas sans doute penser que je suis un peu gonflée de te parler de e-pollution alors qu’Internet est mon principal outil de travail. C’est probablement pour ça que je me sens aussi concernée par le sujet. J’utilise internet tous les jours, et si quantifier ma e-pollution me fiche un peu la frousse, j’ai adopté quelques attitudes la réduire.



1.Utiliser un moteur de recherche éco-responsable



Je t’en parlais dans mon article sur les moteurs de recherche alternatifs, mais je n’utilise presque plus Google. J’ai installé Écosia il y a quelques mois maintenant, le moteurs de recherche qui te fait planter des arbres ! Je travaille tout de même avec Google de temps en temps, puisque question référencement, c’est encore le seul qui compte. Mais pour tout le reste, c’est Écosia qui me renseigne, sur mon ordinateur et sur mon téléphone !



2. Supprimer régulièrement ses mails



Une fois par mois, j’essaye de supprimer un maximum de mails. Je ne garde que ceux vraiment important. Je me suis également désabonnée de toutes les newsletters que je ne lisais pas. Si tu es comme moi et que tu reçois plus de trente mails par jour, avec les publicités et les spams, tu as tout intérêt à le faire pour réduire ton e-pollution !



3.Désactiver les notifications sur son téléphone



Il y a un double avantage à désactiver tes notifications : réduire ta e-pollution et cesser d’être dérangé quand tu travailles. Les notifications sont de vrais perturbateurs de concentration, et en plus, elles consomment de l’énergie et de la batterie sur ton téléphone. Moins de notifications, moins de perte de batterie, moins besoin de le charger… donc moins de pollution.



4. Supprimer les applications inutiles



On a tous des applications qu’on utilise jamais. Elles prennent inutilement de la place dans nos smartphones, et utilisent de la batterie même quand elles sont éteintes…



5. Éteindre sa box aussi souvent que possible



Je pars très rarement de chez moi en laissant ma box internet allumée. Déjà, parce que j’ai une peur irrationnelle du piratage (chacun ses phobies) et ensuite, parce que ça pollue et que ça alourdit considérablement ma facture d’éléctricité.



Ces habitudes sont toutes simples à mettre en place, et réduisent considérablement la e-pollution à échelle humaine. Je terminerais cet article par dire qu’en tant qu’utilisateurs d’internet, nous sommes tous responsables. En adoptant chacun des solutions pour réduire notre e-pollution, nous pouvons forcer les géants d’Internet à se tourner vers des énergies propres.



Sur ces belles paroles, je te donne rendez-vous mercredi prochain ! On parlera d’Instagram, et de pourquoi il est important pour développer ton business.



Plein de bisous, et n’oubliez pas d’aller supprimer vos mails !


Retour sur le Blog